Créer un PDF Imprimer

L’exposition au bruit des Franciliens évaluée

Article créé le jeudi 19 mai 2005

L’observatoire régional de la santé d’Ile-de-France vient de publier un document présentant quelques éléments permettant de caractériser l’exposition des Franciliens au bruit des transports.

L’exposition au bruit des transports routiers

Premier réseau routier de France, avec 40000 km de routes (dont 1010 d’autoroutes et voies rapides) et 1800 km de voies ferrées (hors métro), le réseau d’infrastructures de transports terrestres d’Ile-de-France présente un développement et une densité exceptionnels. Sauf particularité locale, c’est la principale source de gêne sonore, surpassant celle liée aux bruits de voisinage.

Une nouvelle détermination des zones de bruit critiques liées aux transports terrestres et du nombre associé de « points noirs » , ces zones où des bâtiments à usage d'habitation sont exposés à plus de 70 dB(A) en façade en période diurne, et à 65 dB(A) la nuit, est en cours. En 1991, 300 points noirs avaient été recensés par l'Etat : 200 sites concernés par le réseau routier national et 100 autres par le réseau ferré.

D’après les cartographies de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de l’Ile-de-France (IAURIF), en 1994, près de 360 000 habitants de la petite couronne subissaient des nuisances sonores liées au réseau routier d’une intensité supérieure à 70 dB(A) en façade d’habitation. Le jour, les tronçons routiers classés dans la catégorie supérieure à 70 dB(A) représentent 38% du linéaire étudié, et 18% pour le ferroviaire. La nuit, les tronçons ferroviaires classés dans la catégorie supérieure à 65 dB représentent 22 % du linéaire (trains de marchandises). Ainsi, cette première estimation régionale indique que près de 550000 Franciliens résideraient en zone de point noir dû au bruit ferroviaire.

L’exposition au bruit du transport aérien

L’aéroport de Roissy-CDG se positionnait en 2003 au 6ème rang mondial pour le nombre de mouvements d’avions. Orly compris, le trafic en 2004 s’est établi autour de 755000 mouvements. En dehors d’Orly et de CDG, l’Ile-de-France compte vingt-cinq aérodromes civils, militaires ou privés, dont l’aéroport du Bourget et l’héliport d’Issy-les-Moulineaux, ainsi qu’une quarantaine d’hélistations.

La population concernée par les nouveaux plans de gêne sonore atteint 174 000 et 109 000 habitants respectivement pour CDG et Orly. Le plan de gêne sonore est une zone de survol aérien permettant aux riverains subissant la nuisance d’obtenir une aide financière pour réaliser des travaux d’isolation acoustique.

L’IAURIF a réalisé en 2003 une estimation des populations survolées en région parisienne : selon cette étude, 2 442 000 Franciliens ont été concernés par des survols inférieurs à 3000 mètres d’avions à destination ou en provenance de CDG et Orly. A noter que ce chiffre est sous-estimé, car le survol dans cette étude correspond à une projection verticale à l’aplomb de la trajectoire. Dans l’étude MESANGE (pour Méthode d’évaluation des survols d’avions comme nuisance et gêne éventuelle) mise en œuvre par ADP, la bande de survol est obtenue par projection angulaire de 30° de part et d’autre de la trajectoire. L’évaluation par la méthode MESANGE devrait offrir une estimation plus proche de la réalité.

Si la réorganisation de la circulation aérienne intervenue en mars 2002 a permis de réduire la population survolée de 67% par vent d’ouest et de 32 par vent d’est, l’évolution positive n’est pas aussi marquée à basse altitude.

Les conclusions

Face à ce constat, l’observatoire souligne en conclusion l’importance de l’aménagement du territoire comme moyen efficace de prévenir les nuisances sonores. Réduire le volume des transports par un meilleur aménagement de l’espace et de la ville, favoriser les modes de transports non motorisés (piétons, cyclistes) et les transports collectifs, ne plus construire d‘infrastructures bruyantes à proximité des zones sensibles, sont autant de mesures pour réduire l’impact, sanitaire notamment, de l’exposition au bruit à long terme.

Le bruit et ses effets sur la santé, estimation de l’exposition des Franciliens - Observatoire régional de la santé d'Ile-de-France - IAURIF - mai 2005 (document au format pdf, 2,3 Mo)

Permanence Info Bruit

Conseils en acoustique de l'habitat : les dates de la permanence

isolation acoustique_combles

En savoir plus

Cartes de bruit et PPBE : la boîte à outils 

directive_bruit_350_230

En savoir plus

Concilier isolation thermique, confort acoustique et qualité de l'air intérieur : les diaporamas du colloque de Strasbourg sont en ligne !

thermique-acoustique-strasbourg-2012